Chronique | "Tout le monde est le personnage principal de quelqu'un [...]"


  Ma note: ★★★★☆ Très Bonne Lecture 
 _________________________
Résumé:

          Ambrose Young est beau comme un dieu. Le genre de physique que l'on retrouve en couverture des romances. Et Fern Taylor en connaît un rayon, elle en lit depuis ses treize ans. Mais peut-être parce qu'il est si beau, Ambrose demeure inaccessible pour une fille comme elle. Jusqu'à ce qu'il cesse de l'être... Nos faces cachées est l'histoire de cinq amis qui partent à la guerre. L'histoire d'amour d'une jeune fille pour un garçon brisé, d'un guerrier pour une fille ordinaire. L'histoire d'une amitié profonde, d'un héroïsme du quotidien bouleversant. Un conte moderne qui vous rappellera qu'il existe un peu de Belle et un peu de Bête en chacun de nous... 
 _________________________

           Ce livre m'intriguait, que ce soit par sa couverture à la fois simple, épurée et pleine d'émotions, ou encore par son résumé qui ne me donnait pas vraiment d'indication sur quoi m'attendre. J'avais entendu dire que c'était un peu comme une réécriture de La Belle et la Bête et étant une grande fan de ce conte je ne pouvais pas passer à côté de cette lecture. Et, malgré un début difficile, je peux vous dire après avoir refermé mon livre, que j'ai finalement adoré ce roman.

          Ma lecture à peine commencée, j'ai eu peur de ne pas accrocher à cette histoire. J'avais peur que ça ne parle finalement que de guerre, du 11 Septembre 2001, d'Irak etc. Bien que cela soit des sujets et des évènements très importants de notre histoire, j'ai toujours eu du mal à lire sur la guerre. Je vous avoue que cela m'a toujours fait peur, la folie des hommes est quelque chose de trop réel pour moi et je prend rarement plaisir à lire sur ce genre de démence. Mais je n'aime pas commencer un livre pour ne pas le finir, c'est triste un livre abandonné à mi-chemin ! Et je peux vous dire que j'ai eu raison de poursuivre car j'ai réellement apprécier celui là.
          Nos faces cachées n'est pas seulement un livre sur la guerre et l'Irak. C'est en réalité bien plus que ça, bien plus complexe. Il faut savoir voir au delà de la guerre et Amy Harmon a visé tellement juste. Elle nous donne une leçon de vie du premier au dernier mot. Ne jamais abandonner. Se rendre compte de notre chance. Profiter de ce que la vie nous offre. Aimer, encore et toujours plus. Un livre vraiment touchant, qui vous fait verser des petites larmes (ou des torrents selon votre degré émotionnel) et qui vous laisse avec un doux sentiment d'espoir à la dernière page tournée.
          Les personnages sont loin d'être stéréotypés. L'auteur nous dépeint le personnage d'Ambrose, jeune homme torturé psychologiquement, au visage mutilé qui cherche sa place dans un monde qui a continué d'avancer alors que lui restait bloqué en pleine guerre avec ses plus proches amis. Fern, quant à  elle, est une jeune fille mal dans sa peau qui aime se perdre dans ses romances écrites et qui s'occupe sans relâche de son meilleur ami et cousin Bailey, handicapé et prisonnier de son fauteuil roulant. Alors oui, dis comme ça, le tableau semble plutôt morne voir même mélodramatique. Mais c'est ça qui est fort, je trouve, avec ce roman, c'est qu'on ne tombe jamais dans le mélodrame, chaque émotion ressentie est juste et non surjouée. Bailey est un personnage tellement drôle, intelligent et plein de vie. C'est le personnage qui nous parait le plus faible au début du roman qui nous donne finalement la plus belle des leçons: continuer de lutter, quoi qu'il puisse nous arriver. 

          J'ai vraiment adoré pleurer, rire et me questionner sur ma propre vie en lisant les mots, phrases, paragraphes et chapitres de ce roman. On ne peut rester de marbre devant ces destins à la fois admirables et tragiques qui nous pousse à voir la vie autrement. Je suis vraiment heureuse de ne pas avoir laissé ce livre prendre la poussière sur ma bibliothèque car il en valait réellement le coup, je vous le garantis. 

 _________________________
En Bref:

          Un roman touchant qui vous offre une autre vision de la guerre, de la violence, de la maladie, de la tolérance et de la vie en général. Des destins croisés, des amitiés profondes et de l'amour véritable: un savant mélange qui vous fera vous perdre dans ces destins liés, qui vous fera pleurer sur la tragédie de ses personnages et sourire sur les leçons de vie données. 
          "La Belle et la Bête" pourrait s'écrire "La Belle est la Bête" car comme le dis si bien le résumé, un peu des deux réside en chacun de nous. Une belle leçon de vie qui j'espère vous fera réfléchir positivement sur les aspects les plus sombres mais aussi les plus beaux de votre propre vie. Et maintenant, à qui le tour ?
 

Share this:

CONVERSATION

2 commentaires:

  1. J'avoue que j'ai un peu peur de lire ce roman, en lisant le résumé "guerre, homme brisé, femme essayant de recoller les morceaux", ça me fait un peu peur, je suis du genre à détester les histoires de couples trop compliquées (un peu évidemment, quand même, il faut bien que les auteurs nous fassent courir un peu, mais je ne supporte pas les je t'aime moi non plus, mais moi si, mais moi plus maintenant etc., d'où le fait que j'hésite aussi énormément à lire After)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si cela peut te rassurer sur ce livre, j'ai trouvé que l'histoire d'amour n'était pas non plus omniprésente. C'est surtout un roman psychologique, sur les dégâts que peut causer une guerre (physiques ou psychologiques), mais aussi un roman sur la tolérance, avec une approche sur le handicap que j'ai trouvé vraiment émouvante :)
      Il n'y a finalement pas tellement de "je t'aime/moi non plus", c'est une histoire d'amour complexe, mais pas dans cette perspective haha
      Je n'ai jamais lu After, ça ne m'attire pas trop, mais je pense que c'est en tout cas deux romans bien différents :)

      Supprimer