Chronique | Au Pays de l'Ailleurs | Tahereh Mafi


Au Pays de l'Ailleurs
Tahereh Mafi
Édition : Michel Lafon
397 Pages
Fantastique
____________________ 

Résumé:

          Avec sa peau pâle et ses cheveux de neige, Alice détonne à Ferenwood., ce monde éclatant où les couleurs sont révélatrices d'un don magique. L'incolore jeune fille de douze ans n'a donc apparemment aucun intérêt, et les habitants de ce lieu en ont fait une paria. Aussi, lorsque Oliver lui propose de l'aider à chercher son père, la seule personne qui a toujours cru en elle, Alice accepte. Même si le garçon est son ancien ennemi de classe et que son talent consiste à tromper son monde. Même si pour retrouver celui qui a disparu trois ans plus tôt, ils devront explorer le dangereux pays de l'Ailleurs... Un endroit où rien n'est ce que l'on croit, et où les pièges pullulent. Un endroit où ils trouveront peut-être plus que ce qu'ils sont venus y chercher.  
____________________
Mon Avis:

Je remercie les éditions Michel Lafon de m'avoir fait parvenir ce roman.

          Lewis Caroll et son conte d'Alice au pays des Merveilles est connu de tous. Son univers complètement loufoque a inspiré plus d'un auteur, et c'est également vers cette histoire que s'est tournée Tahereh Mafi pour créer l'univers de son roman, Au Pays de l'Ailleurs. Lorsque que les éditions Michel Lafon nous l'ont proposé en partenariat, j'ai tout de suite été emballée par l'histoire et l'univers qui semblait être vraiment original, à la fois coloré et rempli de magie. C'est donc avec entrain que je découvrais ce roman et la première chose que j'ai vu, c'est à dire sa couverture, m'a beaucoup plus. Je l'ai trouvé très esthétique, avec ses couleurs, et cette photo en double exposition, ses fleurs etc. qui reflètent à merveille l'univers  très inventif de l'auteur. Soyons clairs, cette couverture nous donne envie de nous plonger très vite entre les pages du livre.

          Mais malheureusement, j'ai vite été rattrapée par mon avis plus que mitigé vis à vis de l'histoire. Tout d'abord, j'ai eu un mal fou à rentrer vraiment dans l'histoire, à me sentir investie dans le roman et attachée aux personnages. Dès le début j'y ai trouvé des longueurs, et la narration ne m'a pas aidé à me transporter davantage dans l'univers - mais ça, j'y reviendrais un peu plus tard.
          On découvre donc le personnage d'Alice, dénuée de couleur alors que les habitants de sa ville, Ferenwood, rivalisent tous de couleurs éclatantes. Là-bas, la couleur est synonyme de magie, et les habitant mettent vite à l'écart cette jeune fille trop blanche et finalement très étrange. Du haut de ses tout juste 12ans, elle n'a qu'une envie: retrouver son père disparu, seul être bienveillant envers elle. A partir de là, le speech de départ me plaisait bien, et les contrées de l'Ailleurs me promettaient un joli moment d'évasion. Seulement voilà. J'ai trouvé la trame de l'histoire parfois très brouillon, les évènements s'enchainant sans queue ni tête et nous laissant également un peu perdus face à tous ces détails parfois inutiles à la compréhension. J'ai eu cette impression que l'auteur a voulu peut être trop en faire, nous montrer trop de choses, sans réellement nous expliquer clairement où elle voulait en venir.
          L'univers, on ne peut le nier, est très intéressant, et l'imaginaire est très fourni et finalement très poétique. Les nombreuses descriptions des différents paysages traversés par nos personnages, nous plongent dans un univers portant une véritable réflexion à la fois écologique et sociologique: on a notamment toute une notion sur l'ouverture d'esprit, qui décrie également le rejet de la différence qui fait malheureusement partie de notre quotidien. Ici c'est abordé d'une manière très juste et simple, ce qui rend le message compréhensible mais surtout abordable.  Toute cette terre porteuse de magie, ces fleurs colorées, cette pluie de lumière ainsi que toutes les descriptions de l'Ailleurs m'ont permis d'entrer au fur et à mesure dans cette histoire étonnante, malgré les nombreux défauts que j'ai pu y trouver. C'est, pour moi, le point fort de ce roman: l'imagination.
          Mais toutes ces descriptions peuvent également être un point faible: elles étirent en longueur - parfois trop - la quête d'Alice et Oliver et nous donnent l'impression que la fin est toujours plus loin. A mesure que je tournais les pages je me demandais comment et surtout quand allait terminer cette histoire. Nos deux protagonistes traversent un paysage qui est succédé d'un autre, et encore un autre, et ainsi de suite, sans que l'on puisse réellement s'attacher ou même détester cette contrée. L'univers nous paraît alors parfois absurde et manque de clarté en certains points, ce qui ne nous aide pas à apprécier le roman dans sa globalité, et j'ai trouvé cela vraiment dommage.

          Le dénouement de l'histoire, lui, contrairement au reste, tombe comme un cheveux sur la soupe. Alors que leur quête peut parfois paraître interminable, la fin m'a parut beaucoup trop rapide, mais aussi beaucoup trop simple. A la manière du rêve d'Alice - dans Alice au pays des Merveilles - qui prend fin subitement lorsque cette dernière se réveille, on se retrouve ici avec une précipitation d'évènements qui débouche sur une fin aussi rapide que ce mot. J'ai trouvé encore une fois qu'il manquait quelque chose, une transition, ou un je ne sais quoi qui aurait rendu le tout plus intéressant. Une nouvelle fois: c'est dommage.

          Les personnages ne m'ont malheureusement pas plus convaincus que l'histoire de fond. Alors que je m'attendais à m'attacher ne serait-ce qu'à Alice, surtout au vu de son jeune âge, il en a été tout le contraire. Je n'ai pas vraiment adhéré au caractère d'Alice qui m'a exaspérée à de nombreuses reprises. Malgré quelques moments où je n'avais rien contre elle, d'autres m'ont parfois agacée et fait lever les yeux au ciel. Les chamailleries entre elle et Oliver ont d'ailleurs confirmé mon sentiment d'agacement général.
          Pour ce qui est d'Oliver, je n'ai pas réussi à m'attacher à lui. Je ne l'ai pas trouvé si intéressant, et je l'ai trouvé finalement un peu effacé, presque inutile parfois.
          Je parlerai pour terminer d'un dernier personnage un peu particulier, mais qui est non moins important: le narrateur. Car oui, dans ce roman le narrateur est un personnage à part entière qui nous compte les aventures d'Alice. Et je suis vraiment désolée, mais une nouvelle fois je dois dire que je n'ai pas adhéré. En soi, ce procédé peut se révéler intéressant, que ce soit pour nous donner des pistes, ou nous donner quelques précisions sur le contexte. Mais au début du roman le narrateur est, pour ma part en tout cas, trop présent. Il coupe le récit pour nous expliquer certains détails qui finalement ne nous auraient pas manqué dans le cas contraire, et cela m'a vraiment gêné pour entrer totalement dans l'histoire. Je n'ai d'ailleurs pas compris le pourquoi il se faisait si présent au début du roman et presque totalement absent par la suite. Encore un point qui rajoute à l'effet un peu "brouillon" de l'histoire.

          L'écriture quant à elle, est caractéristique des romans jeunesses ou YA: simple et fluide, ce qui donne une lecture plutôt rapide dès lors que l'on adhère à l'univers proposé par l'auteur. Les particularités que je noterai c'est donc l'utilisation d'un narrateur omniscient, qui fait également office de personnage nous comptant une histoire, mais également la découpe du livre très particulière. Il n'y a pas réellement de chapitres, pas de chapitres numérotés en tout cas, mais des parties aux noms spécifiques et quelques fois un peu bizarres tels que : "Plus de chapitres par ici", "Je n'ai aucune idée du nombre de chapitres que contient ce livre" ou encore "!!!!!!!!!!!". Cela ajoute une touche d'originalité qui marche bien avec le côté très loufoque de cet univers.


____________________ 

En Bref :

         J'ai eu beaucoup de mal à entrer dans cette histoire à l'univers si original. L'univers loufoque se rapproche sans aucun doute de celui d'Alice au pays des Merveilles mais certains passages concernant l'Ailleurs nous laissent dans le flou avec un impression persistante de narration un peu brouillon. Je me demande cependant si toute cette sensation ne vient pas de la traduction française dans le sens où retranscrire un univers aussi étrange dans une langue différente ne doit pas être une mince affaire.
           Malgré un univers riche en détails, en couleur et en magie que j'ai pu apprécié, j'ai eu plus de mal encore avec les personnages d'Alice et Oliver que j'ai trouvé peut être trop enfantins, et, à beaucoup d'occasions ,très - voir trop - agaçants, ainsi qu'avec le déroulé de l'histoire qui s'étire en longueur pour se terminer trop abruptement. 

          Une lecture en demi teinte pour Au pays de l'Ailleurs et une part de déception. Je m'attendais à accrocher davantage à ce roman, et je suis peut être passé à côté de quelque chose car l'univers est vraiment intéressant ! Les avis sur internet sont généralement plus positifs d'ailleurs. Je vous invite donc à vous faire votre propre avis, et n'hésitez pas à me dire, vous aussi, vos impressions de lecture, quelles soient bonnes ou mauvaises !


" L'amour l'avait rendue intrépide. Etrange, non ? Il était plus facile de se battre pour quelqu'un que pour soi-même."




____________________
 Ma note : 12/20 Lecture Neutre

Share this:

CONVERSATION

2 commentaires:

  1. C'est dommage pour ton avis mitigé mais j'ai quand même envie de découvrir ce livre!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je pense que c'est toujours mieux de se faire son propre avis ! Puis comme je le disais, j'ai vu des critiques plus positives sur internet, je pense que l'univers est tellement étrange que soit ça passe, soit ça ne passe pas :) ! J'espère qu'il te plaira en tout cas :) !

      Supprimer