Chronique | Harry Potter and the Cursed Child | Jack Thorne, John Tiffany, JK Rowling


Harry Potter and the Cursed Child
Jack Thorn, John Tiffany, JK Rowling

Édition : Little Brown and Company
330 Pages
Fantastique | Théâtre
____________________ 
Résumé:

   Etre Harry Potter n'a jamais été facile et ne l'est pas davantage depuis qu'il est un employé surmené du ministère de la Magie, marié et père de trois enfants. Tandis que Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, son plus jeune fils, Albus Severus, doit lutter avec le poids d'un héritage familial dont il n'a jamais voulu. Le destin vient fusionner passé et présent. Père et fils se retrouvent face à une dure vérité : parfois, les ténèbres surviennent des endroits les plus inattendus.



____________________
Mon avis:


[ Des Spoilers sont présents mais invisibles: dès que vous voyez le mot "Spoiler", vous pouvez surligner le texte qui suit pour faire apparaître l'écriture blanche]
  

     Harry Potter est la saga la plus mythique de mon enfance/adolescence et elle continue, encore aujourd'hui, de me donner des étoiles pleins les yeux - comme, je suppose, beaucoup d'entre vous: je me trompe ?

     Si jamais vous faites partie de la communauté communément appelée "Potterhead", et même si vous n'êtes pas forcément fan de la saga d'ailleurs, vous n'avez pas pu passer à côté de cette sortie tant attendue, celle d'Harry Potter and the Cursed Child. La version française ne sort qu'en Octobre de cette année, mais je ne pouvais pas me résoudre à attendre plus longtemps, et j'ai donc couru acheter la version originale en librairie.

      Et c'est réellement mitigée que je sors de ma lecture, voir même quelque peu déçue. 

     Premier avertissement: ce livre n'est pas le 8ème tome d'Harry Potter, ne vous attendez pas à cela sous peine d'être d'autant plus déçu par  votre lecture. Il n'a pas été écrit par JK Rowling, mais bien par Jack Thorne, John Tiffany étant le réalisateur de cette pièce de théâtre. Si vous êtes passé à côté de ce dernier point - le fait que ce ne soit pas un roman - vous êtes désormais avertis.

     Je n'avais pas une très haute attente de cette pièce, m'étant déjà mise en garde moi-même sur le fait que ce ne serait pas une suite à proprement parlé, et surtout le fait que je ne retrouverais pas l'écriture de JK Rowling que j'avais tant apprécié dans les tomes. Et je pense que ce fut bénéfique à ma lecture. Mes attentes ont donc était presque à la hauteur de ce que j'ai pu lire, même si certains points n'ont pas manqué de me décevoir...

     Bien entendu il n'y a pas que des points négatifs puisque j'ai  tout de même passé un bon moment entre les pages de cette pièce. Retrouver l'univers d'Harry Potter et ses personnages emblématique m'a réellement donné des frissons et le sourire jusqu'aux oreilles - rien que ça ! La magie des romans n'a pas été égalée, mais elle était tout de même bien présente, et ça, c'est un vrai point fort. On retrouve donc certains lieux emblématiques dont Poudlard mais aussi le Ministère de la Magie qui nous font nous replonger dans cet univers très rapidement.

     L'histoire en elle-même n'est pas exceptionnelle. Je veux dire par là, que la trame de fond n'est pas des plus palpitantes, et qu'il m'est arrivé à plusieurs reprises de soupirer, de lever les yeux au ciel, et de me retrouver nez à nez avec une fan fiction pas toujours de très bonne qualité.
     J'ai beaucoup aimé la première partie qui se centre sur Albus (le fils Potter et non notre cher Dumbledore) et son évolution au fil des ans ainsi que de sa relation avec son père. Je l'ai trouvée plutôt bien menée, et très intéressante. On retrouve Harry dans son rôle de père un peu perdu face au caractère de son fils. J'ai eu quelque fois de la peine pour ses deux personnages qui ne se comprennent pas alors qu'ils se ressemblent plus qu'ils ne peuvent le croire.

     Malgré l'enchaînement rapide des années dû au format théâtre, et donc des nombreuses ellipses qui peuvent être déroutantes au début, j'ai réussi à m'imaginer chaque scène en détail et c'est un nouveau point fort de ce livre.

     La suite m'a cependant beaucoup moins convaincue. En fait, j'ai aimé certain aspects de l'histoire: [Spoiler: Notamment tout ce qui tourne autour du retour dans le passé, du retourneur de temps etc.] Mais je ne comprend pas la plupart des raisons qui poussent nos personnages à faire telles ou telles actions. Je n'ai pas vraiment apprécié le comment était traité le fond de cette histoire qui aurai pû être beaucoup plus profonde, intelligente ou ne serait-ce que mieux exploitée.  [Spoiler: Remonter le temps pour sauver Cedric Diggory, passons: mais pourquoi lui ? L'impression qu'Albus se lance dans toute cette aventure, un peu grotesque il faut l'avouer, pour faire rager son Potter de père ne m'a pas laissé une très bonne impression. L'auteur aurait pu trouver une trame tellement plus poussée, exploiter le passé pour rendre quelque chose de beaucoup plus original sans nous servir une pseudo fan fiction qui ne marche pas à tous les coups. J'aurais aimé voir des enjeux plus importants: un monde où Voldemort règnerait, pourquoi pas ? Mais pourquoi ne pas exploiter cet univers parallèle d'avantage plutôt que résoudre le problème en une scène ? Un monde où Harry Potter serait mort était une idée intéressante et nous ramenait aux prémices d'une révolution que l'on n'a pas connu dans les tomes. Un monde obscur dont on percevait le préambule lors des deux derniers tomes et qui aurait pu être vraiment chouette à exploiter ici.
 Je ne suis pas vraiment convaincue par cette histoire qui ne va finalement pas en profondeur de l'univers si  complexe de JK Rowling.]
     La fin de l'histoire m'a réellement laissée perplexe. La grande révélation m'a même laissée sans mot. [Spoiler: Le fait que Voldemort et Bellatrix ai un enfant ne me semble tellement pas crédible. Je me demande vraiment: où, quand, comment, pourquoi ? J'essaie de comprendre la temporalité, savoir quand est-ce qu'un enfant aurait pu naître au milieu de tout ça. Puis je ne m'imagine pas Voldemort assez "humain" finalement pour avoir ce type de relation qui donnerait, qui plus est, à la naissance d'un enfant. Il faut dire aussi que cette révélation n'apporte rien à l'histoire même. N'importe quel fanatique aurait eu ce même projet pour sauver Celui Dont On Ne Doit Pas Prononcer Le Nom.  Révélation vraiment perturbante... Non ?]
Je ne comprend pas, une nouvelle fois, les choix de l'auteur qui ne me semblent pas des plus judicieux.
    
     Parlons maintenant des personnages. Ici, je dois dire que ce fut un réel plaisir de revoir notre trio favoris, même si j'aurais également aimé en revoir d'autres : Neville, Luna ou encore Fred. Mais cela ne m'a pas non plus gêné dans la mesure où, rappelons-le, c'est une pièce de théâtre et non un roman: le nombre de personnage est obligatoirement limité.
    
     On retrouve donc Harry qui ici est un poil agaçant, voir parfois très agaçant. Certaines de ses réactions vis à vis d'Albus nous font tiquer et je l'ai trouvé plutôt injuste [Spoiler: On en parle de son idée de faire fliquer son fils par McGonagall par le bais de la carte du Marauder ?] Mais parallèlement à ces petits - grands - défauts, je l'ai également trouvé très touchant. Les épreuves qu'il a pu traverser - et que l'on connaît tous - l'ont fragilisé, et on le sent réellement perdu face à son fils et  ses propres sentiments. On sent en lui une véritable envie de bien faire et j'ai aimé voir notre Harry essayer de s'en sortir en tant qu'adulte et père de famille.
     Une petite chose que j'ai trouvé dommage c'est qu'Harry ne semble avoir qu'un fils alors qu'Albus a tout de même un grand frère James et une petite sœur Lily. Mais où sont-ils passés ?
     Hermione et Ron sont, quant à eux, une petite déception. J'ai trouvé ce dernier bien trop absent, et surtout bien trop dévalorisé dans cette histoire. On retrouve un personnage à l'humour pas toujours très fin et à l'intelligence parfois remise en cause. Quel dommage ! J'ai toujours trouvé que Ron était un personnage qui pouvait paraître un peu "bête" - et encore - à première vue mais qui en réalité était vraiment intelligent. Ici, son intelligence n'est pas réellement mise en valeur, et j'ai trouvé ça triste de le reléguer à l'oncle un peu bête dont l'humour prête à sourire. Hermione aussi est un peu absente, mais est tout de même beaucoup plus fidèle à son personnage romancé. Je n'ai toutefois pas compris certains de ses changements dû à certaines circonstances - pas facile d'expliquer sans spoiler hein ? [Spoiler: Lorsqu'Albus et Scorpius détraquent le temps et qu'Hermione et Ron se retrouvent non mariés: pourquoi Hermione changerait du tout au tout et deviendrait carrément méchante ? Il n' y a que moi qui trouve cela incompréhensible ?]
    
     Mais les personnages principaux ne sont pas ceux que l'on connaît déjà, mais bien leur descendance : Albus Potter et Scorpius Malfoy. Loin d'être ennemis, ces deux là se sont rapprochés pour devenirs meilleurs amis. C'est ensemble qu'ils avancent et font face à leurs plus grandes erreurs.
     Albus est, tout comme son père, un poil agaçant en ado rebellé contre son paternel. La première partie de la pièce le rend touchant: il cherche son identité entre un père reconnu de tous et ses états d'âme d'adolescent nouveau Serpentard. J'ai trouvé son évolution ainsi que sa relation avec Harry intéressantes. La deuxième partie, cependant, porte préjudice à ce personnage qui devient plus agaçant qu'attachant.
     Scorpius est le personnage que j'ai le plus apprécié ici et je crois d'ailleurs savoir que c'est l'avis du plus grand nombre. Alors qu'Albus nous rappelle un Harry Potter adolescent, Scorpius nous fait lui penser à un savant mélange Ron/Hermione et ça marche. J'ai beaucoup aimé ses réactions et son caractère qui m'a fait rire à plusieurs reprises.

     L'écriture m'a surprise. Dans le bon sens, vraiment. Je n'ai généralement pas de problème à lire les pièces de théâtre qui ne sont pas un frein à mon imagination. Mais c'est vrai que lorsque j'ai appris que le "prochain" Harry Potter serait une pièce, je me suis posée beaucoup de questions: comment retranscrire un univers si dense et si complet dans un genre qui se veut être plutôt bref ?
     Alors en effet, l'univers est loin d'être aussi complet et aussi bien exploité que dans les romans. Cela nuit d'ailleurs à la qualité de l'histoire, on ne peut le nier. Cependant, j'ai beaucoup aimé retrouver des didascalies assez développées, voir parfois romancées, et j'ai trouvé que notre imagination marchait tout de même à plein régime. Et ça, c'est une vraie bonne surprise.

     Malgré les nombreux points négatifs de cette pièce, qui, avouons le, est très loin d'être parfaite, je peux vous dire qu'il doit être réellement plaisant de Voir Harry Potter and the Cursed Child. Les différents effets spéciaux, et la mise en scène m'ont l'air  épatants, et je pense que si un jour j'ai l'occasion d'avoir des places, je ne me priverai pas d'aller la voir.


______________________
En bref:


     Une pièce qui n'est pas à la hauteur de mes attentes pourtant revues à la baisse.
     Malheureusement, l'univers que l'on retrouve avec grand plaisir et les quelques points positifs, ne suffisent pas à contrebalancer les nombreux défauts de cette "non suite" d'Harry Potter.
     L'histoire n'est pas toujours très bien menée et l'univers pas autant exploitée qu'il pourrait l'être et c'est dommage. J'en attendais un peu plus et le côté fan fiction pas toujours réussi a fini par me décevoir plus qu'autre chose.
      Les deux personnages principaux sont cependant un point fort de cette histoire malgré les côtés un peu agaçants d'Albus.

     Je finirai cette chronique par du positif tout de même car oui, malgré les points négatifs qui ponctuent ce livre, je peux tout de même dire que j'ai adoré retrouver Poudlard et l'univers d'Harry Potter. Alors j'essaierai de ne pas être trop dure sur ma note et finirai par un seul mot : Always.

" In every shining moment of hapiness is that drop of poison: the knowledge that pain will come again. [...] To suffer is as human as to breathe."
     
____________________
 Ma note : 12/20 Bonne Lecture




Share this:

CONVERSATION

2 commentaires:

  1. Très bonne chronique, je pense globalement la même chose de cette pièce que toi, surtout sur les personnages et les manques ou incohérences comparé à la saga originelle. J'ai beaucoup moins apprécié Harry, au point où je ne pourrais probablement pas apprécier de voir la pièce parce que j'aurai envie de frapper l'acteur (qui n'aurait rien demandé le pauvre). J'ai du mal à comprendre (et encore moins excuser) un tel comportement agressif envers son fils (son deuxième... j'ose même pas imaginer comment cela a dû se passer avec James). On dirait plus une dispute entre ado qu'une dispute entre un ado et son père... Bref, une déception également, je pense que Rowling n'aurait jamais dû mettre son nom sur la couverture, ce qui porte à confusion. En tous cas, je vais relire les romans pour y retrouver la réelle magie :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te comprend pour Harry, je pense qu'il en a excédé plus d'un ! Mais pour ma part, même si j'ai pas apprécié certaines de ses actions ou paroles envers Albus, j'ai aussi ressenti la détresse qu'il ressentait et son avis de trop bien faire quitte à être complètement à côté de la plaque ! (En effet, frapper l'acteur serait dommage, le pauvre haha) !
      On est d'accord, le nom de JK Rowling a été ajouté pour le côté marketing, mais c'était une bien mauvaise idée !
      Relire les romans est toujours une bonne idée, moi aussi j'ai bien envie de me replonger dans la vraie magie de Poudlard (livres ou films, j'hésite !)
      Merci pour ton gentil commentaire ! :)

      Supprimer